L’année dernière pour la journée internationale des droits de la femme, j’avais mis à l’honneur une chanteuse, Pomme. Une voix fulgurante, un émoi qui m’assaille lorsqu’elle flirte avec l’univers cristallin. 

Cette année, je vais réitérer ma déclaration d’amour à la musique, aux mots, aux femmes, à ces notes qui s’emberlificotent et tricotent des mélodies qui trottent. Dans la tête et dans le cœur. 

En mousquetaire de la chanson, elles sont 4. Elles m’ont littéralement emporté lors du concert des enfoirés diffusé ce vendredi. 

Camelia Jordana, Nolwenn Leroy et Anne Sila. Un trio magique aux couleurs panachées, interprétation sublime d’un texte de Barbara Pravi, mue par une diversité de tessitures flamboyantes qui se mêlent et s’entremêlent pour nous rappeler que la richesse vient de la différence. 

Les mots sont d’une incroyable force, ils m’évoquent Brel, Aznavour. Ils parlent d’histoires que l’on écrit avec les tripes pour porter des messages. Bizarrement, ça m’a touché. 

Pour découvrir ce trio, je vous laisse acheter le DVD / CD qui permet à l’association Les Restos du Coeur d’offrir 17 repas. 

Ci dessous la version de Barbara Pravi. 

Pour la journée internationale des droits de la femme, Barbara Pravi rend hommage aux « femmes de son quotidien » dans une chanson. « PRIÈRE POUR SOI ».

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Call Now Button